La tendance, dans l'industrie chimique, est à la réduction des charges, donc à celle du volume des appareils et des récipients. Cependant, les utilisateurs se heurtaient toujours à un obstacle – pas seulement dans les laboratoires et les installations pilotes – lorsqu'ils voulaient utiliser un instrument de mesure de niveau radar dans les très petites cuves. La zone morte du capteur, la taille et la conception de l'antenne, ajoutées à l'incertitude de mesure en fond de cuve, les obligeaient souvent à renoncer au radar, au profit des techniques de pesage et des capteurs de pression.

Avec le nouveau VEGAPULS 64, premier capteur de niveau radar au monde pour liquides fonctionnant à 80 GHz, le système d'antenne peut désormais être intégré au raccord process. Plus d'antenne qui dépasse à l'intérieur de la cuve : il est désormais possible de mesurer jusqu'à la limite du raccord process, pour une flexibilité accrue̛, puisqu'on peut exploiter tout le volume du récipient.

Grâce à la haute focalisation du faisceau de mesure – pour une antenne de 80 mm, le signal émis a un angle d'ouverture d'à peine 3° – il peut également s'utiliser bien plus facilement dans les cuves contenant des serpentins de chauffe ou des agitateurs. Un autre avantage du VEGAPULS 64 est sa plage dynamique accrue, qui garantit une meilleure fiabilité des mesures surtout en cas de dépôts adhérents, de condensation et de mousse, ou de turbulences à la surface du liquide.

Ces dernières années, la technique de mesure radar sans contact s'est imposée dans de nombreuses applications de l'industrie chimique. Son grand avantage est son insensibilité aux facteurs du process tels que la température, la pression ou la densité. Grâce au nouveau VEGAPULS 64, il est désormais possible de mesurer le niveau dans des applications jusqu'à présent inaccessibles pour des raisons de structure.