Fermer

Un appareil à l'essai fait ses preuves – Le VEGAPULS 69 maîtrise une situation de mesure difficile dans un silo de cendres

Par facilité, le VEGAPULS 69 a été simplement installé sur la rehausse existante, mais celle-ci n'est pas indispensable.

Certaines voies de mesure donnent vraiment du fil à retordre aux techniciens SAV les plus expérimentés. C'est le cas pour la mesure de niveau dans un silo de cendres, dans une des stations d'épuration les plus modernes du Bade-Wurtemberg. Le VEGAPULS 69 est arrivé à point nommé. Initialement installé pour un essai, le nouveau capteur a su se rendre indispensable.

Chaque année, la station traite 40 millions de mètres cubes d'eaux usées.

La station d'épuration de Steinhäule, qui fait partie du ZVK (syndicat mixte de la station d'épuration) de Neu-Ulm, est l'une des plus modernes du Bade-Wurtemberg. Les différents éléments de l'installation sont étroitement imbriqués. Ainsi, on fait très attention à exploiter la chaleur résiduelle, à économiser des matières premières ou à recycler les résidus autant que possible. La station traite les eaux usées d'environ 440 000 équivalents-habitants, dont la moitié d'eaux usées industrielles. Elle fait partie des rares installations qui disposent d'une quatrième étape d'épuration permettant d'éliminer des eaux usées des substances non dégradables telles que les hormones, les résidus médicamenteux, les biocides, etc. Ces polluants sont filtrés à l'aide de particules de charbon actif.

Des cendres à revaloriser

La station d'épuration de Steinhäule traite chaque jour 20 à 40 t de boues sèches par voie thermique.

L'épuration des eaux usées produit chaque année environ un million de mètres cubes de boues d'épuration. Comment les éliminer à moindre coût ? Pour commencer, on les déshydrate. Ensuite, les 10 000 tonnes de boue déshydratée produites chaque année sont incinérées à 720 °C dans des fours à lit fluidisé et réduites à environ 2 500 t de cendres. La vapeur générée est utilisée pour le séchage des boues, et sert également à produire de l'électricité grâce à une turbine à vapeur. Quant aux cendres, elles sont stockées dans quatre silos d'acier d'une dizaine de mètres de hauteur. Les silos sont reliés par des convoyeurs à vis et remplis successivement.

Les cendres sont régulièrement prélevées par des camions-citernes pour être réutilisées.

C'est précisément lors du stockage des cendres que se situait le problème de mesure. La mesure de niveau dans les silos constitue la base de la planification des tournées de poids lourds qui évacuent les cendres. Les cendres et les poussières de filtrage sont revendues à l'industrie de matériaux de construction et utilisées à la place des gravillons ou comme matériau de remplissage dans le secteur minier. Autre utilisation : l'installation d'adsorption et filtrage élimine environ 99 % du phosphore des eaux usées, qui subsistent dans les cendres après le traitement thermique. La finesse de ces cendres, qui entraîne un dégagement de poussière extrêmement important, donnait jusqu'à présent beaucoup de fil à retordre au capteur de niveau utilisé. Lors du remplissage et de la vidange des silos en particulier, la poussière provoquait fréquemment des sauts et des variations dans les mesures. Le plus compliqué était que cette erreur ne se produisait pas systématiquement, mais seulement de manière sporadique. Il est même arrivé qu'un signal de niveau plein erroné entraîne le départ d'un camion à moitié rempli.

Des améliorations convaincantes

Le VEGAPULS 69 permet de mesurer le niveau du silo de cendres avec fiabilité.

En juin 2014, le technicien SAV a proposé de remplacer l'appareil existant par un VEGAPULS 69, qui a alors été installé dans le silo de cendres présentant le roulement le plus rapide. Grâce à son excellente focalisation et à sa plage dynamique élevée, il est capable de donner une mesure fiable du niveau dans toutes les phases de fonctionnement du silo. Le capteur a justement fait la preuve de sa fiabilité et de sa précision lors des dégagements extrêmes de poussière. Afin d'évaluer les mesures du capteur, les valeurs des quatre silos ont été enregistrées dans le système de contrôle process et les résultats ont été contrôlés. La comparaison entre l'ancien système de mesure et le nouveau a été si concluante que l'appareil installé à l'essai a vite été confirmé dans ses fonctions. Les sauts et variations de mesure ont disparu, et depuis lors, le niveau des silos s'affiche toujours correctement.
 Les véhicules peuvent être chargés sans problème en fonction des besoins. Plus un seul poids lourd n'a quitté les lieux à moitié chargé.

Voici les quatre silos (trois cylindriques plus un dans le bâtiment rectangulaire à gauche). Les capteurs VEGAPULS 69 sont installés sur les deux silos de gauche.

L'installation a été rapide : il a suffi de remplacer l'ancien capteur par le nouveau. S'il doit remplacer d'autres capteurs de niveau, l'exploitant est déjà certain que son choix se portera sur VEGA : « quand nous sommes convaincus par un fournisseur, nous lui restons fidèles ».
VEGAPULS 69

Commentaires ({{comments.length}})

Cet article n’a pas encore de commentaire. Soyez le premier !

{{getCommentAuthor(comment, "Anonyme")}} ({{comment.timestamp | date : "dd.MM.yyyy HH:mm" }})

{{comment.comment}}


Ecrire un commentaire

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire Adresse email invalide
Ce champ est obligatoire
captcha
Ce champ est obligatoire
Captcha invalide untranslated: 'Blog_SendComment_Error'