Les choses peuvent aller vite. Née au printemps 2019, l'« Open Industry 4.0 Alliance » est rapidement passée de 8 à environ 60 membres. VEGA en fait partie. En effet, le spécialiste allemand des instruments de mesure adhère pleinement à l'objectif de l'Alliance : aider les multiples services de cloud computing présents sur le marché à travailler en équipe.

Smart Factory, Industrie 4.0 ou IIoT : ces termes désignent une seule et même idée. celle d'avoir des usines, des machines et des composants toujours plus connectés et intelligents. Avec son portefeuille complet de capteurs, VEGA propose des instruments de mesure performants pour toutes les mesures de niveau et de pression, depuis les applications standard jusqu'aux solutions les plus complexes . Dans ce contexte, il est toujours plus important de connecter la production grâce aux solutions informatiques, et d'exploiter les résultats de mesure pour piloter intelligemment l'ensemble du process.

VEGA : une solution « just-in-time »
La technologie logicielle VEGA Inventory System en est un bon exemple. Elle assure le lien entre la logistique automatisée et l'informatique. Grâce à cette solution, les données aussi bien que les marchandises circulent « just-in-time ». Il n'y a pratiquement plus besoin de stocks pour garantir l'approvisionnement en matériaux au sein de la production. La livraison est assurée automatiquement, exactement au moment où le process le nécessite. Les données nécessaires sont ainsi fournies grâce à la fiabilité éprouvée des capteurs VEGA.

« Aujourd'hui, pratiquement tous les fournisseurs d'appareils proposent leurs propres services IIoT via le cloud. Pour suivre la tendance actuelle de l'industrie, chez VEGA, nous proposons à nos clients un ensemble de solutions d'automatisation pour des process de production plus rapides et plus flexibles », explique Jakob Hummel, Chef de produit solutions numériques chez VEGA.

Une question d'ouverture
Plus l'industrie 4.0 s'intensifie, plus les services de cloud computing se multiplient et plus il devient évident que cette solution ne peut pas être mise en œuvre seule. Du fournisseur au fabricant, l'industrie 4.0 s'appuie sur la coopération et la compatibilité tout au long de la chaîne de valeur. L'ouverture des standards est décisive pour son succès ou son échec. Depuis le début de l'année, VEGA fait partie de l'« Open Industry 4.0 Alliance ». Une soixantaine de membres a désormais rejoint cette alliance qui travaille à l'interconnexion ouverte et standardisée en production, depuis les composants individuels jusqu'au service technique.

Plus de liberté pour les clients
Pour les clients, c'est la garantie de pouvoir choisir librement parmi des solutions modulaires et évolutives. « Plus personne n'a à craindre de se retrouver bloqué chez un fournisseur donné », précise Jakob Hummel. En effet, si jusqu'à présent, en optant pour le produit d'un fournisseur, on était obligé d'adopter sa technologie, « grâce à la norme ouverte de l'Alliance, il est beaucoup plus simple de changer de fournisseur ». Le client n'est plus forcément obligé d'acheter ses nouveaux appareils et nouvelles machines chez son précédent fournisseur. Il peut également combiner les solutions de plusieurs fabricants sans craindre le changement de technologie. « À l'avenir, l'Alliance nous permettra d'offrir toujours plus de solutions, en parlant tous la même langue », anticipe Jakob Hummel. Il s'agit d'une importante simplification sur le chemin des process et usines intelligentes.

Surmonter la diversité des solutions isolées
L'Open Industry 4.0 Alliance elle-même parle d'un écosystème ouvert et en fait son objectif. En clair, elle cherche à surmonter la multitude des solutions individuelles isolées pour donner un élan décisif à l'industrie européenne. Ensemble, les membres actuels et futurs de l'Alliance préparent un cadre commun contraignant  pour une « industrie ouverte 4.0 ». Par rapport à d'autres initiatives, la forme organisationnelle de l'Alliance est clairement différente et se démarque. « C'est justement ce qui va assurer son succès », considère Jakob Hummel. D'une part, la notion d'ouverture signifie que tous les membres sont sur un pied d'égalité. D'autre part, chacun s'engage à suivre le principe de l'unité : cela signifie que chaque membre apporte ses compétences et technologies pour qu'au final le client soit roi. Il aura toujours la certitude qu'il bénéficie de la solution globale la plus fiable et la plus évolutive.